dimanche 26 mai 2013

EPHESIENS 1.3-14

Chers frères et soeurs en Christ,
chers amis,

Nous célébrons aujourd'hui la fête de la Trinité. C'est là un point fondamental de la foi chrétienne authentique. C'est aussi un point souvent mal compris. Par exemple, les musulmans vont souvent affirmer que les chrétiens ne croient pas en un seul Dieu, mais en trois.
Alors, que disons-nous quand nous confessons à chaque culte « Je crois en Dieu le Père tout-puissant...Je crois en Jésus-Christ son Fils unique notre Sauveur...je crois au Saint-Esprit »?


La Bible ne mentionne pas le terme « trinité » mais la notion s'y retrouve bel et bien.
21 Comme tout le peuple était baptisé, Jésus aussi fut baptisé. Pendant qu'il priait, le ciel s'ouvrit
22 et le Saint-Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix fit entendre du ciel ces paroles: «Tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute mon approbation.» (Luc 3.21-22)

25 »Je vous ai dit cela pendant que je suis encore avec vous,
26 mais le défenseur, l'Esprit saint que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. (Jean 14.25-26)

Mais, me direz-vous, pourquoi est-il important de croire en la Trinité?
Pour vous répondre, je vous invite à écouter Ephésiens 1.3-14
3 Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ, qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes en Christ!4 En lui, Dieu nous a choisis avant la création du monde pour que nous soyons saints et sans défaut devant lui. Dans son amour,5 il nous a prédestinés à être ses enfants adoptifs par Jésus-Christ. C'est ce qu'il a voulu, dans sa bienveillance,6 pour que nous célébrions la gloire de sa grâce, dont il nous a comblés dans le bien-aimé.7 En lui, par son sang, nous sommes rachetés, pardonnés de nos fautes, conformément à la richesse de sa grâce.
8 Dieu nous l'a accordée avec abondance, en toute sagesse et intelligence.
9 Il nous a fait connaître le mystère de sa volonté, conformément au projet bienveillant qu'il avait formé en Christ10 pour le mettre à exécution lorsque le moment serait vraiment venu, à savoir de tout réunir sous l'autorité du Messie, aussi bien ce qui est dans le ciel que ce qui est sur la terre.
11 En lui nous avons été désignés comme héritiers, ayant été prédestinés suivant le plan de celui qui met tout en oeuvre conformément aux décisions de sa volonté12 pour servir à célébrer sa gloire, nous qui avons par avance espéré dans le Messie.13 En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l'Evangile qui vous sauve, en lui vous avez cru et vous avez été marqués de l'empreinte du Saint-Esprit qui avait été promis.
14 Il est le gage de notre héritage en attendant la libération de ceux que Dieu s'est acquis pour célébrer sa gloire.

Je vous propose donc de cheminer à travers le texte et de nous arrêter à 3 affirmations du texte pour en méditer plus particulièrement le sens :

Et tout d’abord à ce passage où il est dit que «Dieu nous a choisis avant la création du monde» (v.4)
Le sinistre Jean-Paul Sartre a développé toute une philosophie qui affirme que la vie humaine n'a aucun sens, aucun but, aucune raison, qu'elle n'est qu'absurde. La Parole de Dieu fournit un puissant antidote à cette idéologie de désespoir. Non seulement Dieu nous a créés, il nous a donné la vie, mais en plus il a choisi de nous donner la vie éternelle.
De toute éternité, Dieu a élu dans sa souveraineté des hommes à qui il donnerait la foi. Dieu a choisi par avance ceux qu’il adopterait comme ses fils en Jésus-Christ. Savez-vous que déjà à l’époque romaine un fils adoptif avait exactement les mêmes droits qu’un fils naturel ? Quelle bénédiction est-ce d’avoir été adopté par Dieu ! Nous avons été prédestinés suivant le plan de celui qui met tout en œuvre conformément aux décisions de sa volonté (1.11). Ceux qu'il a prédestinés, Dieu les a aussi appelés; ceux qu'il a appelés, il les a aussi déclarés justes; et ceux qu'il a déclarés justes, il leur a aussi accordé la gloire. (Romains 8.30). Si aujourd’hui nous appartenons à Dieu et nous le suivons, le mérite ne nous revient pas. Dieu nous avait choisi et élu avant que nous existions et avant même la création du monde. Toutes les bénédictions dont parle le passage du jour prennent source dans l’élection du Père. Car c'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi - et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu - Ce n'est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. (Ephésiens 2.8-9) Que personne ne s’enorgueillisse d’être chrétien mais que tous rendent gloire à Dieu pour sa grâce et son amour !

- Toutes les bénédictions dont parle le passage du jour prennent source dans l’élection du Père. Puis elles prennent effet dans la rédemption du Fils.


La deuxième affirmation qui a retenu mon attention est celle-ci : « En lui, par son sang, nous sommes rachetés, pardonnés de nos fautes, conformément à la richesse de sa grâce » (v.7)
La rédemption est un thème assez familier aujourd’hui dans nos églises, il est vrai que la Sainte-Cène est là pour nous le rappeler dimanche après dimanche ! La doctrine de la rédemption fait écho au rachat d’un esclave en vue de la liberté. Nous étions tous pécheurs et dans ce sens esclaves du péché. Jésus dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, toute personne qui commet le péché est esclave du péché. (Jean 8.34) Ces mots sont durs mais ce sont les paroles mêmes de notre Seigneur concernant la condition humaine ! Mais nous avons été rachetés de cette situation misérable. Par son sang (1.7), c'est-à-dire par sa mort sur la croix, Jésus a payé le prix de notre libération, il a payé le prix de notre liberté. Quelle bénédiction extraordinaire d’avoir un Maître qui a donné sa vie pour nous ! Quelle joie d’avoir gouté au pardon divin ! Sa grâce, Dieu ne nous l’a pas accordé avec parcimonie, telle un cuisinier qui dose prudemment les épices dans sa marmite. Non, Dieu nous a accordé la richesse de sa grâce avec abondance (1.8). Passer de la mort à la vie, comment peut-il exister une plus grande bénédiction ? Pour créer le monde, Dieu n’a eu qu’à parler. Par contre, pour racheter les hommes, Dieu a du mourir et offrir son propre fils en sacrifice. Dans l’Ancien Testament, Dieu avait déjà montré que le péché ne pouvait être enlevé sans sacrifice, Dieu a ici surpassé ses propres exigences en offrant ce qu’il avait de plus cher, son propre et unique fils. Comment peut-il exister une plus grande bénédiction ? Qu’y-a-t-il que nous n’ayons pas reçu en Christ ?


La troisième affirmation de cette confession de foi que je voudrais retenir est celle-ci : « vous avez été marqués de l'empreinte (sceau) du Saint-Esprit» (v.13) Dans un premier temps cette expression semble particulièrement hermétique. Et pourtant elle est tellement élémentaire. Elle nous rappelle tout naturellement l’événement de Pentecôte, c’est à dire l’expérience des premiers chrétiens, à savoir que Dieu n’abandonne pas ceux qu’il a choisis et qu’il aime mais qu’il leur donne la certitude de sa présence par le don de son Esprit.
Pour souligner cette présence constante de Dieu avec les siens l’épître aux Ephésiens utilise cette image de sceaux que l’on appose sur ce qui est particulièrement précieux, qui doit être protégé, préservé et mis en sécurité, pour l’authentifier et le rendre inviolable. Nous appartenons à Dieu et rien, ni personne ne peut nous arracher de sa main. Mais parce que Dieu sait notre faiblesse et notre inconstance dans la foi, l’amour et l’espérance ; parce que Dieu sait combien facilement il nous arrive de douter de sa présence et de son amour pour nous, parce que Dieu sait combien facilement un sentiment de non-sens et d’absurde peut nous submerger dans les situations difficiles de notre vie, il nous donne son Esprit qui atteste lui-même à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu (Rom 8, 16) et que rien ne peut nous séparer de lui. L’Esprit saint nous assure des promesses de Dieu, de sa fidélité et de son amour. Et de cela nous en avons rudement besoin chaque jour pour vivre debout, paisibles et confiants.

Dès lors que nous avons conscience d’être aimés et choisis par le Père de toute éternité, d’être pardonnés et libérés de notre péché par le Fils, d’être accompagnés et consolés par l’Esprit saint en toutes circonstances, nous ne pouvons pas faire autrement que d’adorer et de louer Dieu, de lui rendre grâce du fond de notre cœur, chaque jour, pour sa fidélité et son amour, en disant avec l’auteur de cette merveilleuse confession de foi : « Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ qui nous a bénis de toute bénédiction spirituelle dans le Christ ». Amen

1 commentaire:

Méta Phrase a dit…

La Sainte Trinité ou la grâce de Dieu, c'est tout un. Amen.